05/06/2020

CRISE SANITAIRE - Fonds de secours à la musique enregistrée

Version imprimableVersion pdf

La crise sanitaire que traverse le pays crée, pour la musique et les variétés, une situation extrêmement critique, en particulier pour de nombreuses TPE

Réuni le vendredi 15 mai 2020, le conseil d’administration du Centre national de la musique a voté le déploiement du deuxième volet de son plan de secours lancé le 18 mars dernier, en élargissant son périmètre et en renforçant son action.

Afin de soutenir les disquaires, distributeurs et producteurs phonographiques qui connaissent des difficultés économiques importantes du fait de la fermeture des points de vente de supports physiques de musique enregistrée, ainsi que les éditeurs, un Fonds de secours à la musique enregistrée d’1 million d’euros a été créé par le CNM, grâce à une dotation de la direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) du ministère de la Culture. Les aides financières dispensées dans le cadre de ce fonds ont vocation à être complémentaires des dispositifs de droit commun mis en œuvre par l’Etat.

Sous certaines conditions, l’aide attribuée pourra être relevée au-delà des plafonds détaillés ci-dessous, pour les demandeurs relevant du territoire d’une collectivité territoriale ayant souhaité contribuer au Fonds de secours.

NB : La participation des collectivités territoriales au Fonds de secours à la musique enregistrée ne se substitue pas aux contrats de filière en cours et n’est en aucun cas exclusif d’autres modalités d’intervention des collectivités en réponse à la crise traversée par les professionnels de la musique et des variétés.

Le Fonds de secours à la musique enregistrée comportera trois dispositifs distincts, visant à répondre aux spécificités des impacts de la crise sur l’activité respective des disquaires, distributeurs et producteurs. Les demandes seront instruites par l’équipe du CNM en collaboration avec celles de ses partenaires, le Fonds pour la Création Musicale et le Calif.

Le fonds de secours pour les éditeurs musicaux, dont les moyens et l’instruction sont transférés par le Centre national de la musique au FCM, verra quant à lui ses modalités prochainement définies par les instances de l’association, en étroite collaboration avec le CNM et la DGMIC.

>> Retrouvez toutes les informations sur la page du Fonds de secours à la musique enregistrée