Soutenir le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés

Version imprimableVersion pdf
La mission du CNV est de soutenir le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés, grâce aux fonds collectés par la taxe sur les spectacles et par la redistribution de ceux-ci sous la forme d’aides financières aux divers porteurs de projets.
 
C'est un établissement public industriel et commercial (EPIC), créé par la Loi n°2002-5 (article 30) du 4 janvier 2002. Ces activités lui permettent de développer une mission, plus récente, d’observation du secteur afin d’améliorer la connaissance des conditions de production et de diffusion des spectacles en France. Il a aussi pour tâche de suivre le programme et le cahier des charges des Zénith.

>> Le rôle du CNV repose sur de grands principes qui fondent son action au quotidien :
 
  • Il organise la solidarité entre tous les acteurs du système. La plupart des aides du CNV sont réservées à des opérations (tournées, créations, festivals, programmations de salles,…) qui génèrent elles-mêmes de la taxe ; elles contribuent ainsi au réinvestissement des sommes collectées pour monter de nouveaux projets. Ainsi s’organisent la coopération et la mutualisation entres « grosses » et « petites et moyennes » entreprises, entre entrepreneurs privés et institutions publiques ou subventionnées, entre marché et secteur public, voire entre approches « mondiales » et « locales ».
 
  • Il existe toutefois quelques exceptions à cette exigence car le CNV peut aider des tournées à l’étranger, lesquelles seront par définition, non soumises à la taxe. De même, il peut soutenir des structures ou des opérations d’intérêt général, dont l’activité ne génère pas de taxe.
 
  • Il associe et fédère l’ensemble des partenaires concernés : Etat ; collectivités territoriales ; professionnels, employeurs comme salariés. Il est dès lors le lieu du rassemblement et du débat sur tous les sujets transversaux, un carrefour pour encourager les synergies et stimuler les échanges d’expérience avec le souhait d’allier les approches économiques et culturelles, sans les opposer.
 
  • Il prend en compte l’entreprise comme élément clé du secteur. Il n’aide pas directement les artistes, mais les entrepreneurs de spectacles qui les emploient.
 
  • Il contribue à structurer et organiser le secteur, en veillant au respect de la règlementation sociale, en soutenant l’emploi et la formation professionnelle, en incitant à la mise en réseau des acteurs.
 
  • Il observe le principe de la neutralité artistique. Ce fondement défend l’idée que le CNV n’a pas été créé pour encourager plus particulièrement tel style ou répertoire, plutôt qu’un autre.
push: